La fin des ateliers Wonder

Faute de pression des pouvoirs publiques et autres décisions anti-productives, les spots les plus attractifs de la capitale ferment les uns après les autres.

_mg_4161

Calés au fond d’une allée bordée de nature sauvage et de meubles à l’abandon, les ateliers Wonder, ouverts depuis février 2014, vont bientôt voir leur trésor sombrer sous les gravats d’un chantier de reconstruction.

Actif dans la sphère des squats et bien connu des musiciens et artistes alternatifs, le Wonder vit en ce moment ses dernières heures de gloire. C’est pour nous l’occasion de présenter ce lieu dans lequel on est allés trainer, et de soutenir fortement ces initiatives artistiques qui sont le point d’orgue de la liberté créative.

_mg_4103

_mg_4094

L’histoire commence à l’annonce de la fermeture du Point G, squat ouvert en 2012 dans le XIXème arrondissement de Paris. Les artistes alors en recherche d’un autre lieu à investir s’accordent avec Habitat, qui détient des espaces quasi en friche au coeur des puces de Saint-Ouen. Sous couvert de la location d’une partie des locaux, ils investissent alors l’ancienne usine à piles Wonder, qui correspond aux attentes : 800 mètres carrés d’ateliers ou chaque projet peut prendre forme. Depuis 2013, une soixantaine d’artistes venant de tout horizons s’affairent à fonder dans ces espaces des ateliers de bois et métal, sérigraphie, tatouage, studio son…

_mg_4071

  _mg_4084

Voici un teaser qui présente en caméra embarqué les mille et une possibilités de ce lieu :

À la suite de l’ouverture de ce squat créatif, un autre lieu à vu le jour à Bagnolet : l’Amour. Porté par les mêmes protagonistes, ces espaces ont vus passer des artistes qu’on apprécient pour leur diversité, comme le multi instrumentistes et artiste loufoque Jacques. Il a d’ailleurs tourné une vidéo très remarquée dans les locaux de l’Amour, Phonochose #1 :

Chaque lieu possède une immense salle d’exposition, où les artistes résidents peuvent donner de la visibilité à leur travail. Mais ces espaces sont surtout des plateformes à vernissages atypiques, concerts éclectiques et autres événements fantastiques. En lien avec de nombreux autres collectifs – souvent invités à résidence – le crew du Wonder s’ouvre à des pratiques diverses, et à tout public. Souvent à prix libre, les événements sont autogérés par l’équipe, qui propose également accès à un bar aux tarifs plus qu’abordables.

_mg_4176

_mg_4091

_mg_4092

_mg_4090

Sans savoir exactement quand aura lieu l’expulsion, le Wonder propose en ce moment des évènements quasiment tous les soirs (projection ciné, concerts…). Malheureusement, suite à une trop forte affluence à leur dernière soirée et à l’arrivée de la police sur les lieux, ils se retrouvent dans l‘impossibilité d’accueillir à nouveau du public. Toutes les soirées sont donc annulées jusqu’à la fin du Wonder

On vous invite à aller tchecker leur page facebook pour prendre connaissance de cette décision indépendante de leur volonté, mais surtout pour se rendre compte de l’activité prolifique de ce squat.

Et n’hésitez pas à signer la pétition pour le relogement des ateliers.

_mg_4219

____________________

FACEBOOK / PRÉSENTATION / PÉTITION

Photos : Louise Vanoni