Les petits noms de We Love Green à ne pas rater

Focus de la rédaction sur les étoiles montantes mises en lumière cette année par le festival We Love Green

Comme chaque année, le festival We Love Green nous a concocté une très belle programmation. Cette année tout particulièrement avec un grand nombre d’artistes coups de coeur. Une programmation construite de manière très réfléchie mêlant de très belles têtes d’affiches mais aussi l’avant-garde des scènes indé, électronique et urbaine.

Image result for we love green 2018

Du côté des valeurs sures, nous retiendrons les live hip-hop de Migos, de Tyler, The Creator et des sensations féminines Jorja Smith et IADDB côté US, côté français on mettra l’accent sur les deux nouvelles coqueluches de la scène francophone à savoir Lomepal et Moha La Squale et il faut tout de même mentionner le monstre Orelsan. Nous aurons également droit comme chaque année à des live de monuments de la musique, à commencer par l’artiste suédoise Bjork mais aussi la française Charlotte Gainsbourg. Côté rnb/soul, on retiendra les performances du groupe The Internet, de Sampha et d’Ibeyi. Côté musique worldwide, nous avions l’honneur de voir Amadou et Mariam l’an dernier, ce sera cette année au tour de la légendaire Oumou Sangaré de se produire sur la scène de La Prairie. Côté électronique, ne ratez pas les performances de Funkineven et Honey Dijon et celles des têtes d’affiches Jamie XXAgoria et The Black Madonna. On s’incline également face à la présence du maître incontesté King Krule.

We Love Green : un festival dénicheur de talents

Dans sa programmation, le festival met cette année encore l’accent sur des valeurs montantes des scènes indie, électronique et urbaine. Un effort très appréciable et un parti pris trop souvent oublié des gros festivals, car oui, We Love Green est entré dans la cour des grands.

Yaeji, icône de la pop américano-coréenne

Il faut souvent des années d’expérience et une discographie profonde pour permettre aux artistes de mettre en place un univers singulier, reconnaissable entre mille. Il ne faut pourtant à Yaeji qu’un EP pour imposer une telle personnalité, quelque chose qui la rendit immédiatement identifiable au milieu des nouvelles têtes qui émergent chaque jour sur le web. Ce qui fascine chez Yaeji, c’est l’impossibilité de définir ce style hybride, elle qui semble être dans un entre-deux permanent : entre Séoul, sa ville d’adoption, et New York, où elle est née, entre la deep house et le hip-hop, entre le rap en anglais et le chant coréen, entre le Djing et la production. Bref une artiste très complète qu’on prendra un plaisir fou à voir le dimanche sur la scène Think Thank.

Kokoko! la techno du Congo

Ce groupe incroyable vient de Kinshasa. C’est assurément un groupe avec d’humbles instruments : les musiciens les ont fabriqués avec des matériaux de récupération (qu’on appelle ici des déchets) genre bouteilles en plastique, boîtes de conserve, fil de fer, volant de voiture, et même une antique machine à écrire mécanique qui sert de boîte à rythmes. Leur projet nous rappelle clairement celui de Benda Bilili, groupe d’handicapés qui avaient déferlé sur l’Europe il y a quelques années.  Un mélange de house vintage, de pop et d’esprit punk totalement inédit. C’est cette vieille histoire des aller-retours entre les musiques pop occidentales et leurs supposées racines africaines. Le groupe a déjà sorti deux projets qu’ils viendront vous présenter au We Love Green.

Un concert qui s’annonce très chaud le samedi soir sur la scène de La Canopée.

Lauren Arden, le rookie de cette édition

L’allure est androgyne, la voix est baryton. La pop est sensible, la patine parfois minimaliste, parfois toute en cordes. Tout, absolument tout, dans ce que propose Lauren Auder, chuchote un même adjectif : “classe”. Et pourtant, cet auteur-compositeur aux boucles blondes n’a que 19 ans. Lauren Auder, lui, vient de sortir Who Carry’s You, un EP très chic qui a vu le jour sur True Panther Sounds, le label anglais de King Krule, Abra ou Tobias Jesso Jr. Excusez du peu !

Le jeune homme né en Angleterre mais élevé en France a réussi en une poignée de titres à se faire remarquer. C’est donc le rookie à ne pas rater cette année qui viendra nous conter toutes ces contradictions sur la scène de La Canopée le dimanche après-midi.

Lewis Ofman, le producteur français du présent et du futur

À seulement 20 ans il a déjà collaboré avec Lana Del Rey, les Pirouettes, Vendredi Sur Mer et plus récemment sur la production de six titres du dernier album de Rejjie Snow. Un sacré melting pot musical, dont on retiendra une chose : le garçon a du flair.et impose son style. Il est d’ailleurs très récemment approché par des marques fashion comme Jour/Né pour produire la bande son de leurs campagnes publicitaires. Côté solo, il a sorti son deuxième EP le 19 janvier, naviguant entre ego-trip et romance nerveuse, avec une touche d’avant-garde. Il est accompagné par la délicieuse voix de Mile sur la plupart de ses titres. Un très beau duo à découvrir sur la scène Think Tank le samedi en début de soirée.

Myth Syzer, pour célébrer Bisous et son passage au live

Après avoir produit pour quasi tout le rap français, mais aussi pour des rappeurs américains comme Perrion, le producteur sentait le besoin de passer à l’étape supérieure. Et pour être honnête, on attendait aussi impatiemment qu’il assoit définitivement sa réputation. Son album Bisous long de treize titres peut se targuer d’avoir une liste d’invités aussi impressionnante qu’éclectique. On a les habitués, ses amis Bonnie Banane, LoveniMuddy Monk, Ichon), les talentueux Belges HamzaRoméo Elvis, la chanteuse Clara du duo Agar Agar, et même le rappeur des années 90 qui nous a pondu le des meilleur albums de rap français des années 90, maestro Doc Gynéco. C’est d’ailleurs un beau clin d’oeil que de voir Bruno sur le titre Piscine car Myth Syzer cherchait à produire un Première Consultation 2.0, plus de 20 ans après.

On a donc très hâte de voir Myth Syzer se frotter à la scène de La Canopée le samedi après-midi pour chanter Le Code ensemble.

Un très grand nombre de nouveaux venus sont à découvrir tout au long de cette nouvelle édition du We Love Green 2018. La rédaction a fait un focus particulier sur cinq noms vibrants, on vous encourage tout de même à vous pointer le plus tôt possible car les concerts sont vraiment tous à voir. Il y en a pour tous les goûts et d’autres nouvelles têtes présentes sur les deux jours.

La programmation complète à découvrir juste là :